Paroisse Sainte Marie de Magdala

Un espace ouvert à tous à Sanary

29 avril 2018


Ac 4, 32-35                              Lc16, 19-31                                

LE PAUVRE LAZARE


La d'aujourd'hui Se termine par Ces mots : Même si quelqu'un ressuscita d' entre les mo rts, ils ne seront pas convaincus. » Le riche représente la souffrance de qui a quitté la vie, la souffrance et la torture de l'homme qui a enfin Compris à quoi il fallait consacrer ses forces et comment il fallait vivre. Et se torturant. pleurant pour ses proches restés sur terre, il pense : « Peut-être arriverai-je à les réssusciter » Et il prie que le pauvre Lazare revive. apparait aux siens et le dise Wils ne doivent pas perdre en vain leur précieuse vie. Le Seigneur lui répand que, pour apprendre à vivre, ils disposent de tout enseignement de la Bible et que cela suffit amplement. Mais le riche dit : « Non, cela ne suffit pas. En revanche, si quelq•run ressuscite trentre les morts et leur apparait, ils croiront peut-être. » Et le Seigneur de répondre : « Non, s'ils n'écoutent pas la Parole de Dieu, même si quelqWun ressuscite entre les morts, ils ne le croiront pas. »

Quelle parole en apparence cruelle et étrange ! Les gens, Vraiment, ne sont-ils pas touchés par un phénomène aussi insolite que rapparition d'un revenant ? La vie nous montre, en effet, que les plus grands signes, les miracles les plus étonnants Mont jamais pu ébranler un cœur endurci et refermé sur lui-même, une personne qui a renoncé à la foi et refuse à J'ai connu et Je connais moi-même beaucoup de cas de personnes qui ont reçu de tels signes, q.i le Seigneur est venu frapper, mais qui n'ont pas ouvert leurs portes, pire qui les ont fermées encore plus hermétiquement. •où cette question ; « Comment cela peut-il se faire ? vient cette incroyance, cette absence de désir æ entendre la voix de Dieu ? »

Cette interrogation est importante. Nombre de nos proches et de personnesde notre entourage, en effet, vivent d'un tel état. Partant, nous ne pouvons pas éluder cette question d

es origines de ce mal. D'abord, nous savons que les gens refusent de réfléchir, parce qu'ils ne veulent pas vivre d'une manière selon leur conscience. Alors ils ferment leur cœur à la foi et à ses exigences. Car vivre devant la face du Christ, cela ne Veut pas dire simplement manger, boire, se lever, travailler_ Vivre la foi, cela sign se trouver toujours et constamment a u Nice de D ieu. Rejetant cette responsabilité, ne voulant pas ce choix entre le et le mal, certains se boucha-n

Ensuite, d autres essaient de se tranquilliser en se disant que ni Seigneur. ni les forces spirituelles ne sont visible pour nous, qu'elles ne se révèlent pas à nos yeux terrestres. Ils affirment être habitués à ne voir que ce que nos yeux terrestres, à ne croire que ce que nos mains peuvent toucher. En fait, dans le monde, on n'est loin de pouvoir tout saisir les mains. Bien au contraire. Ce qu'il y a de plus grand, de plus précieux, ne peut être ni w gr les veux, ni touché par les mains. Un bon cœur, pensée juste. des sentiments humains, on ne peut ni les voir, ni les sentir, ni les mesurer.

Pour les œuvres du Seigneur, cependant, des témoignages dans le monde qui entoure. Comme le dit le psaume 19, verset 2 : « Les cieux racontent la gloire de Dieu. et le firmament manifeste de ses mains Ce matin, le soleil s'est levé. QWarriverait-iI le soleil était très près de notre terre ? II brûlerait tout. Et aucune herbe, aucun être vivant ne pourrait y vivre. Warriverait-il si le soleil était plus loin de nous ? Toute la terre serait couverte de rochers froids et nus. Et il n'aurait pas non plus de moyen de vivre sur la terre. Qtrarriverait-il si la tournait autrement que maintenant, si la nuit durait beaucoup plus et si le jour était plus long ? Cela serait un grand malheur pour la terre ou la vie ne pourait se développer q.fà grande peine.

Qui donc a tout de sorte que tout soit donné pour la vie, pour que le soleil ne nous brûle pas et ne nous prive pas de ses rayons, pour que nous ayons le jour, la nuit et la nwrriture ? Qui nous a donnédes yeux pour voir la lumière et des mains qui se soumettent à notre raison ? QUI a donné des lois à Yétoile qui se meut dans l'espace céleste ? Qui a donné des Forces aux êtres mystérieux dont ne faisons encore que deviner rexistence ? dans le monde témoigne de la puissance et de la gloire de Dieu.

Donc si nous ne voyons pas le Seigneur par nos terrestres. nous voyons ses œuvres. Mais il y a dautres yeux : les yeux de la foi. Chaque homme, dans la prière, peut voir Dieu aussi nettement que nous voyons la lumière divine. SI nous n'y arrivons pas, c'est seulement parce notre âme est repue et paresseuse.

En reprenant la du riche en enfer, cet enfer qui Nest pas un lieu mals un état de conscience. Ce riche qui souhaite réveiller la conscience de son père et ses Frères pour qu'ils soient dans Yagapè. l'amour sans condition. Nous aussi, nous sommes ses frères et Sœurs sur cette terre. Est-ce que nous vivons et nous consacrons de toutes nos forces pour l'amour des autres ? Quand nous naîtrons au ciel et que nous serons devant le grand jugement face à la lumière divine et que le Seigneur nous posera telle Ou telle question : « Qu'est-ce que tu as Fait de ta vie ? Qu'est-ce que tuas fait pour 'es autres sans chercher rien en retour ? Est-ce que tu as donnée de tamour pour les a ut res ? Sûrement nous jugés selon nos attentions mais aussi par un regard d'amour.

       De la mort, faut-il autant avoir peur ?

Voici le souvenir d'un prêtre ; II était grand séminariste. Aux yu:x de sa grand-mère — qu'il vouvoyait à cette époque était un Savant. ElIe était profondément religieuse, et très pieuse. ElIe avait la foi du tharbonnier. Un         la mémé —     II rappelait- lui fait part de son angoisse :

- Quand rai à parler à monsieur le maire, je bafouille, rai le souffle coupé, je ne trouve pas mes mots. S'il me fallait parier à mon monseigneur l'évêque, ce serait pire, je n'oserai même pas le regarder. Alors, quand il me faudra paraître devant Dieu et me défendre ! Tu imagines !

Ce futur prêtre, très délicatement lui a dit :

Mémé. vous n'avez à vous inquiéter. Parce que le Bon Dieu posera les questions, sûr. Mais chaque qu¥tion, dest lui qui fera exactement la réponse que vous auriez donnée.

CHRIST EST RESSUSCITE !